• L'altermondialisme à la relance

    L'altermondialisme à la relance

      Le Forum social mondial débute aujourd'hui au Brésil. Les organisateurs veulent redonner de la force au mouvement altermondialiste. Ils peuvent compter sur la présence d'Indignés pour y parvenir.

      Retour aux sources pour les altermondialistes. Le Forum social mondial, leur grand rendez-vous annuel, revient cette année pour trois jours à Porto Alegre. La ville brésilienne où il est né en 2001 pour devenir le contrepoint à la réunion annuelle des élites dirigeantes dans la station suisse de Davos, inaugurée demain par Angela Merkel. Jusqu'à dimanche, près de 70 000 militants anticapitalistes vont donner de la voix pour dire qu"un autre monde est possible". Et tenter de se faire à nouveau entendre. Car ce lieu d'échanges de la nébuleuse altermondialiste (ONG, syndicats, mouvements sociaux, partis de gauche...) a pu sembler en perte de vitesse ces dernières années. "Le mouvement altermondialiste ne fait plus l'actualité parce qu'il a plus de dix ans et que les médias en sont moins friands, nuance Bernard Pinaud, délégué général de l'ONG CCFD-Terre Solidaire. En termes d'élargissement à de nouveaux peuples et à de nouvelles thématiques, par exemple l'écologie ces dernières années, on est loin d'un essoufflement."

      Les organisateurs de l'évènement, qui ont convoqué cette année un Forum social thématique sur la "justice sociale et environnementale", peuvent compter sur un renfort de poids pour retrouver de l'écho. Ils accueilleront des participants aux mouvements surgis ces derniers mois : le printemps arabe, Occupy Wall Street, les Indignés et les étudiants du Chili. "Pour nous, c'est une nouvelle forme du mouvement altermondialiste, s'enthousiasme Aurélie Trouvé, coprésidente d'ATTAC. Chez eux, la question démocratique est davantage centrale, mais ils portent eux aussi cette idée que les intérêts des citoyens doivent primer sur ceux de la finance."

      Ensemble, tous les participants vont chercher à rpéparer les luttes à venir - en particulier le grand rassemblement que les mouvements sociaux organiseront en juin en marge de la conférence de l'ONU sur le développement durable Rio+20. "Les idées pour lesquelles on nous riait dessus il y a dix ans, comme la taxe sur les transactions financières, sont aujourd'hui sur la table des dirigeants, constate Bernard Pinaud. A nous maintenant de pousser pour qu'elles soient mises en oeuvre concrètement. Nous avons une nouvelle pensée dominante à combattre, ces idées néolibérales qui reviennent en force à travers les plans d'austérité européens", renchérit Aurélie Trouvé. La lutte des altermondialistes est loin d'être finie...

      Gilles Daniel - Métro.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :