• Introduction au Confortisme

     Extrait du manuel "Introduction au Confortisme", par Nicolas Chelay.

    Introduction au Confortisme

    I. INTRODUCTION AU CONFORTISME

     

             Comment rendre le monde meilleur ?

             J'écris cette phrase, et je réfléchis. Que dire ensuite ? Je suis persuadé que des milliards d'êtres humains se sont penchés sur cette question. Je pense que ma voix peut s'ajouter à cette multitude, et que ce tout peut nous guider vers de meilleurs systèmes. J'écris et je ferai vivre ces écrits, car je crois que ce qui est tracé est assumé, et peut changer le cours des choses, malgré tout. Je me défends, tout d'abord, contre tout un tas d'injustices qui pourraient m'arriver, et je pense qu'il y a de la sagesse dans ce geste. Penser aux autres, c'est aussi penser à soi. Financer la recherche contre une maladie peut tout aussi bien sauver quelqu'un d'autre que soi-même. S'indigner, être ému par la misère, et être conscient de sa propre fragilité, sont des qualités. L'entraide et le bon travail peuvent jeter les bases d'une communauté qui pourra, elle-même, contribuer au bonheur général.

     

             C'est là la définition du Confortisme.

     

             Je le veux intégral, c'est-à-dire qu'il commencera depuis zéro, libre, unique, sincère. Je ne veux, en lui, que de bonnes personnes, des êtres prioritairement intelligents, qui y trouveront l'outil pour rejeter la servitude moderne. Voilà ce dont je rêve, et ce qui me permet d'apprécier la vie, la certitude que les êtres humains veulent une vie confortable, qui leur permette de s'épanouir et de se divertir, et qu'ils ont le potentiel de créer la plateforme qui leur permettra de l'organiser. Je parlais de tous ceux qui y ont déjà réfléchi. Inspirons-nous de leur exemple ! De Proudhon qui créa des banques pour les pauvres, au commerce équitable, en passant par toutes les expériences d'autogestion et de philanthropie !

             J'ai dit que je voulais des gens intelligents. Que savez-vous du bonheur ? Qui, par ses œuvres, a contribué, selon vous, à l'accroître ? Qui a donné vos libertés, vos droits, qui vous a représenté en ce que vous aviez de meilleur ? Le savez-vous ? C'est de ces réponses que doit se nourrir le Confortisme, en premier lieu. Venez, montez sur l'estrade, et parlez-nous de ce qui a été positif, à votre sens ! La dictature, c'est d'abord le fait de se taire. Dix personnes peuvent changer le monde. Que dire de dix millions ? Voici la seule tâche que nous exigeons des confortistes : qu'ils réfléchissent, et qu'ils s'expriment ! Cette tribune est là pour nous tous, afin de proposer des pistes et de nous permettre de nous améliorer ! Afin de nous faire exister ! Aujourd'hui, j'y prends mon tour. Demain, je vous y écouterai avec attention. Mais, auparavant, souvenez-vous de la tâche qui vous incombe, si vous voulez nous rejoindre, et qui vous demande de produire un sujet d'étude, une bonne chose, une personne admirable, une invention, qui puisse nous enrichir ! Présentez cet article devant nous, acceptez qu'il soit archivé et disponible sur Internet afin qu'il contribue aux recherches confortistes, et rejoignez-nous ! Nous allons créer des entreprises, et personne chez nous ne mourra de faim. Comment ?

             La spiruline est une algue hyper-nutritive utilisée déjà par les programmes d'aide alimentaire des Nations-Unies. Une algue, qui se développe, et ne demande que de l'eau et un peu d'entretien, et dont des petites doses riches en vitamines suffisent pour nourrir quelqu'un. D'autres produits, tels les pâtes, les pizzas, les pommes de terre permettent de se nourrir à peu de frais. Le travail collectif peut permettre d'assurer notre subsistance. Voici les bases de notre mouvement : développer un réseau d'habitation et d'entraide alimentaire, réfléchir sur le monde et sur l'Histoire, et créer des entreprises employant selon la priorité de bonnes conditions de travail. Puis, nous pourrons penser à une représentation politique. Le Confortisme doit pouvoir employer, loger, nourrir et instruire aujourd'hui, s'il veut, demain, changer le monde. C'est faisable, grâce à des idées comme la spiruline, ou des maisons à très bas coût, aux alentours de 5000 Euros, grâce à des brainstorming et à un travail rendu agréable. Pas à pas, nous voulons ériger une nouvelle société, plus juste et plus compréhensive. Plus réactive, également. Sur la base de la libre expression, le Confortisme se donne la charge de représenter toutes les voix constructives, tant qu'elles ne portent pas atteinte aux valeurs démocratiques.

             Prenons un exemple : les créateurs de Ben and Jerry's, qui ont su s'insérer dans le secteur de la crème glacée, pour créer un produit aux parfums originaux, à succès, et qui a permis de réinsérer, aux Etats-Unis, d'anciens prisonniers et drogués, en leur offrant un emploi bien rémunéré. Aujourd'hui, ses créateurs dirigent une fondation axée sur le commerce équitable. Voilà ce qu'une entreprise sociale permet de faire ! Voilà ce que les anarchistes espagnols ou français ont pu mettre en place, en leur temps, des entreprises et des politiques qui permettent aux hommes de subvenir au mieux à leurs besoins !

     

             Voilà ce que nous voulons créer. Voilà pourquoi nous avons besoin de vous.


      Nicolas Chelay.


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :